Tropical Leaves

La position de Naturopera sur les voiles dit « naturels »

et les bioplastiques

Depuis toujours, le Groupe Naturopera s’engage à proposer des produits accessibles à tous qui protègent l’Homme et préservent la planète.

Nous sommes donc engagés au quotidien pour :

  • Offrir des produits alliant efficacité, qualité et sécurité des consommateurs.

  • Faire les meilleurs choix environnementaux permettant de réellement préserver notre Terre pour les générations futures.

  • Fabriquer en France afin de favoriser l’emploi local.

  • Privilégier un prix acceptable pour garantir une accessibilité de nos produits au plus grand nombre.

De nombreuses informations circulent actuellement concernant les voiles dits « naturels » pour les couches bébés et plus globalement sur les bioplastiques, les présentant comme une solution miracle pour réduire la pollution plastique.

Parce nous ne nous précipitons jamais dans nos prises de décision mais qu’au contraire nous prenons le temps d’étudier les différentes options afin de réellement choisir la meilleure, nous avons réalisé une étude sérieuse et approfondie sur les voiles dits « naturels », accompagnés par un institut indépendant spécialisé en analyse de

cycle de vie.

A l’issue de cette étude, Naturopera a volontairement dit non à la fausse bonne idée des voiles dits « naturels » pour ses marques de couches. Voici pourquoi.

 

C’EST QUOI UN VOILE DIT « NATUREL » ?

C’est une alternative récente aux voiles en PP (polypropylène), PE (polyéthylène) et PES (polyester).

Les voiles dits « naturels » sont aujourd’hui composés de GPE (green PE = Polyéthylène issue de canne à sucre) et PLA (acide polylactique issue de l’amidon de maïs) mais ils n’en restent pas moins composés de plastique. Même s’ils sont biosourcés, ces voiles dits « naturels » sont donc bel et bien en plastique.

Il est absolument faux de croire qu’une couche sans plastique existe, seule la cellulose entrant dans la composition du matelas des couches est un matériau naturel.

POURQUOI NOUS DISONS POUR LE MOMENT VOLONTAIREMENT NON AUX VOILES DIT « NATURELS "

Car la production de ces éléments est catastrophique d’un point de vue environnemental :

→ Concernant la canne à sucre :

  • 100% de la canne à sucre utilisée dans le bioplastique provient du Brésil avec notamment une déforestation massive pour augmenter les cultures, entrainant une destruction de la biodiversité.

  • La culture de canne à sucre utilise des fertilisants métalliques (notamment le zinc), toxiques pour les cours d’eau et la transformation de l’enveloppe de la canne en éthanol émet des particules fines dans l’air.

  • La canne à sucre est transformée aux Etats Unis puis doit traverser l’Atlantique pour son utilisation en Europe. 

canne-a-sucre-culture.jpg

De nombreux articles sont parus à ce sujet dont voici deux exemples :

🔗 Notre planète - Impact du sucre

🔗 No impact week - Impact du sucre

→ Concernant l’amidon de maïs :

  • Sa consommation en eau est extrêmement importante.

  • Il est produit aux Etats Unis et très souvent issu de cultures OGM.

  • Le mix électrique utilisé pour sa transformation en PLA est issu à 25% de lignite, dont l’extraction est polluante pour les cours d’eau.

 

Ces nouvelles alternatives ne permettent donc pas de réduire aujourd’hui l’impact environnemental des couches, bien au contraire.

LES VOILES DITS « NATURELS » SONT-ILS MEILLEURS POUR LES BEBES ?

  • Aucune étude ne montre aujourd’hui une supériorité des voiles dits « naturels » en termes de sécurité ou de santé pour les bébés.

Nos marques utilisent des voiles en PP (polypropylène), PE (polyéthylène) et PES (polyester).

  • Matières utilisées depuis longtemps dans le milieu médical, par exemple pour les compresses chirurgicales ou les masques chirurgicaux.

  • Matières depuis longtemps testées et approuvées sans danger pour la santé par des laboratoires indépendants, comme la laboratoire Cosmepar par exemple.

TOPSHEET.jpg.png

ET LES BIOPLASTIQUES OU PLASTIQUES BIODEGRADABLES EN GENERAL ?

Même s’ils peuvent dans le futur représenter une alternative intéressante qu’il faut absolument continuer à explorer, les bioplastiques ne sont aujourd’hui pas la solution miracle.

Ils restent du plastique et qui plus est un type de plastique n’ayant aujourd’hui aucune filière de recyclage sur le territoire français.

 

Divers media et associations ont-elles aussi émises de fortes réserves sur le sujet. Retrouvez des exemples d’articles ci-dessous : 

🔗 Infographie bioplastiques 

🔗 Positivr - fausse bonne idée pollution plastique

Quant aux plastiques dits « biodégradables », ils représentent également une fausse bonne idée comme l’explique par exemple Jacqueline McGlade, directrice scientifique du Pnue (Programme des Nations Unies pour l’Environnement) :

«[Ces produits] sont présentés comme une alternative aux plastiques, permettant de réduire la pollution des océans, mais c’est faux. Pour cela, il faudrait qu’ils soient en contact avec une température d’au moins 50°C, ce qui ne sera jamais le cas dans les profondeurs océaniques».

Un article intéressant à ce sujet : 🔗 Journal de l'environnement - les-bioplastiques

QUE FAIT LE GROUPE NATUROPERA POUR DIMINUER SON EMPREINTE ?

Pour rappel, nos produits sont :

- testés régulièrement par des laboratoires indépendants (dont les résultats ont toujours été partagés) garantissant la sécurité de ces produits.

 

- certifiés par de nombreux labels parmi lesquels :

  • FSC et Nordic Swan garantissant un impact environnemental maitrisé de nos changes bébé.

  • Cosmebio pour la très grande majorité de nos produits de soins.

  • GOTS (coton bio) pour notre gamme d’hygiène féminine.

  • Ecocert pour l’ensemble de nos produits d’entretien.

Par ailleurs nos sachets de couches sont composés à 80% en plastique recyclé tandis que les formules de nos produits d’entretien sont 100% biodégradables*.

Nous avons également été les premiers à lancer une lingette bébé compostable, certifiée Ok Home compost.

 

Notre choix de fabriquer nos produits en France permet quant à lui, au-delà de l’impact social et sociétal positif sur l’emploi et le dynamisme des territoires, de réduire également notre empreinte environnementale via les réductions du transport et l’utilisation d’un mix énergétique français, plus vertueux que celui de nos voisins européens, bien souvent basé sur les centrales à charbon.

Comment aller plus loin ? 

Plutôt que de remplacer une matière par une autre, nous faisons le choix de chercher à réduire la quantité de matière utilisée.

Nous croyons ainsi en l’innovation pour faciliter les changements de comportements et tendre vers une consommation plus responsable et vertueuse. 

Nos équipes travaillent donc actuellement d’arrache-pied pour pouvoir proposer en 2021 de nouveaux produits ayant un impact réellement inférieur à ce qu’il existe aujourd’hui.

 

*sauf tablettes vaisselle à 97%.